Lieu d'écriture

Publié le par La Juvéniste

Quand travailler à mon bureau ne m'inspire pas, je sors. De manière incontournable, mes pas me mènent au café du coin. En concert de fond, le babil des clients, pour la plupart des habitués de longue date. Des enfants, des vieillards, des jeunes branchés, d'autres qui font "années 70", des informaticiens, des écrivains, des journalistes, des spécialistes des relations humaines, des chômeurs, des déprimés, des survoltés, des discrets, des qui sont ailleurs...  

 

Mon café, côté ruelle. Même les murs, là, sur l'envers du décor,transpirent des mots de chacun. Et moi, pendant ce temps,j'écris.

... avec leur têtes fraîchement coiffées, rasées, voilées, des Québécois, des Haïtiens, des Français, des Marocains, des Mexicains, des qui ne savent pas d'où ils viennent, des qui "prozaquent" leur existence, des qui inventent le monde en criant trop fort, des qui vous parlent, des qui vous regardent dans les yeux mais ne vous voient pas. Et dans le croisement hétéroclite de ces âmes de passage, il y a toute la chaleur des mots vivants.

Attentivement vôtre,

La Juvéniste

Publié dans Atelier d'écriture

Commenter cet article

La Juvéniste 19/04/2005 00:45

Merci à Rackham qui, par delà le temps et l'espace de la blogosphère, t'a conduite chez moi. Je crois que les objets, en effet, sont souvent des signes de reconnaissance. Merci pour ta visite San!

San 19/04/2005 00:37

Rackham m'a conduite jusque chez toi, et je m'y sens comme chez moi !
Tes objets fétiches pourraient être les miens, l'endroit est beau et bien décoré, les photos sont magnifiques et en plus, il y a de la Science-Fiction !
Je reviendrai te rendre visite.