Mon premier livre (Bis)

Publié le par La Juvéniste

Je l'ai retrouvé! Mon premier livre. Celui que je croyais perdu dans l'espace "dédalesque" de mon bureau se cachait entre deux essais littéraires sur les rayons de la bibliothèque du salon. Un petit aperçu de l'ouvrage qui m'a lancée sur la route des livres, un chemin pour les voyageurs de salon, certes, mais dont les ports exhalent, eux aussi, les effluves des épices exotiques. Ici, des odeurs fermières...

 

 

 La page couverture. On peut y déceler les outrages du temps... Il faut dire que le livre a mon âge...

 Mon image préférée. J'avais deux ans...

En relisant l'ouvrage, je m'aperçois que l'illustration que j'aimais le plus est la seule, mise à part celle de la page couverture, à ne pas présenter maman, papa et son rejeton. La légende de cette page se lit comme suit:

"Le petit poulain aimerait aller avec sa mère, mais elle est de l'autre côté du ruisseau. Ce n'est pourtant pas difficile de sauter, n'est-ce pas?"

Intéressant! La Juvéniste se passionne pour les chemins "de l'autre côté du ruisseau", ces routes qui nous amènent à découvrir ce qui se passe sur l'envers du miroir...

La Juvexploratrice

 

 

 

Commenter cet article

Jean-Christophe Heckers 20/05/2005 10:44

Je profite de mon habituelle (souvent silencieuse) visite ici pour vous soumettre le questionnaire tournant actuellement sur over-blog... Comme il faut qu'il passe de plume en plume, j'ai pensé à la votre.

- Combien de livre lisez-vous par an ?
- Quel est le dernier livre que vous ayez acheté ?
- Quel est le dernier livre que vous ayez lu ?
- Citez cinq livres qui ont beaucoup compté pour vous ou que vous appréciez ?
- A qui vais-je passer le relais ?

La Juvéniste 18/05/2005 22:56

Bonjour Walsong,
Eh oui, je fais partie du club des promeneurs et franchisseurs de frontières en tous genres. Pas moyen de faire autrement, le monde est un grand patchwork! Bien vu aussi pour la touche freudienne. Cré Sigmund, va! Il n'est jamais bien loin quand les souvenirs se pointent. Il fait partie de ma vie... c'est avec lui que je plonge dans les textes. Je suis une adepte du "fil rouge"! De la poursuite des traces que le processus créateur ne manque pas de laisser ça et là dans la matière textuelle, ces empreintes de pas perdues dans la linéarité de l'oeuvre qu'il suffit de lier les unes aux autres (comme dans ces cahiers de "dessins à points" pour enfants) pour voir surgir un espace qui redouble l'autre, invisible au premier abord. Un travail de détective; la "quête des choses enfouies", encore et toujours.
Pour ce qui est de Bettelheim, je connais et l'ai déjà mis au programme dans un de mes cours. Il est vrai que le Chaperon est un "cas"! J'en ai une très belle version (1907, si ma mémoire est bonne) qui s'intitule "Le petit chaperon rouge de Montréal", une perle écrite par un frère, une leçon de morale où le loup est présenté sous les traits d'un jeune homme qui, rencontrant une jeune fille sur la rue Sainte-Catherine à Montréal (une grande rue de magasins, un lieu de perdition) attire une jeune fille (aux cheveux coupés court: très très mauvais selon le narrateur) dans un cinéma (et c'était avant la lettre encyclique "Vigilanti cura" (1936) de Pie XI sur les dangers du cinéma, celle dans laquelle, s'adressant aux Américains, il fait appel à la "'Légion de la décence', dans le but d'anéantir, comme dans une croisade sacrée, les pernicieux effets du cinéma"). À la fin du conte, la police retrouve la pauvre fille au fond d'une ruelle. Triste sort prédit aux petites Québécoises trop délurées de l'époque!
Il serait d'ailleurs intéressant de publier ce texte ici, mais je ne sais s'il est libre de droits. Faudrait que je vérifie.
Merci pour la visite Walsong. À la prochaine!

Walsong 18/05/2005 11:08

Bonjour,
Petite visite journalière sur les blogs que j'apprécie.
Encore une adepte du franchissement de Rubicon, ou de la petit Alice version psychanalytique. (un bon petit jeu PC, pas prétentieux a su aborder les côtés sombres de cette histoire c'est "Alice", bêtement, un jeu de plateau qui commence par une vue de la très chère petite au fond de sa cellule d'isolement en asile
A propos connaissez-vous le bouquin "psychanalyse des contes de Fées" de B. Bettelheim? On en apprend de belles sur les motivations de ce cher petit chaperon rouge!! (sujet d'ailleurs relativement bien traité dans le film "la compagnie des loups"
Le choix d'une image ou d'un morceau préféré n'est jamais fortuit (Freud, quand tu nous tiens!) et pas si innocent que cela.
En France, petite, je suis tombée sur une illustration de vingt-milles lieues sous les mers (les travailleurs sous-marins et la récupération des épaves)qui m'a fait rêver longtemps et me jeter sur tout Jules Verne comme une folle.(c'est étrange, mais je me suis à peine arrêtée à l'illustration sur le combat de la pieuvre, trop hollywoodienne peut-être)
Mais cette quête de choses enfouies sous terre ou sous l'eau me tient encore et j'aime tout ce qui a trait aux mystères des lieux anciens, à leurs passages secrets, à leurs trésors et surtout (Walsong oblige) à toute mythologie ou légende dans le monde.
Bonne continuation

Walsong
PS: je vais aller faire un petit coucou à ce cher Lulu (il est trognon! comme on dit chez nous)

La Juvéniste 17/05/2005 02:18

Oh! Quel plaisir de revoir la Pèlerine et Citoyenne du Monde! Je vais de ce pas me plonger dans tes réminescences. Voilà presque dix jours que, pour des raisons professionnelles, je suis hors-blog. Quel joie de voir les commentaires tomber si vite dans la boîte magique!Bonsoir Nico et merci de ta visite! Quant au souvenir de mon premier bouquin, il m'aurait été difficile de l'oublier puisque, sur la première page, ma grand-mère maternelle (c'est elle qui me l'a offert) a écrit noir sur blanc: "Ton premier livre". Elle qui n'était pas instruite lisait pourtant les poètes, mais celle qu'elle préférait par-dessus tout était Simone de Beauvoir dont elle pillait les oeuvres pour reprendre sur de petits papiers les phrases qui l'avaient frappée. Elle les mettait sous le verre qui recouvrait sa table d'écriture, là où, chaque jour, elle remplissait les grilles de ses mots croisés. J'ai gardé et le livre, et l'habitude des mots croisés (doublée de celle de tous les jeux de mots: Scrabble, Composio, etc.)!Pour ce qui est de Goose Girl, j'ai toujours aimé Rackam et j'ai trouvé la photo sur un site consacré à ses oeuvres. Je remarque, d'ailleurs, que j'ai oublié de mettre un lien sur ce site, ce que je croyais avoir fait. Laisse-moi le temps de retrouver l'adresse et tu pourras y accéder en cliquant sur le titre de l'illustration. Merci de m'avoir ainsi permis de remarquer cet oubli impardonnable. Il faut rendre à César ce qui appartient à César (quoique je doute, par contre, que le site sur lequel j'ai trouvé l'image, en soit le détenteur!)Je passerai te rendre visite, Nico.
À bientôt à vous deux!

Nico 17/05/2005 01:47

Une bien jolie redécouverte. Me souviens plus de mon premier bouquin moi :(

Joli blog en tous cas, et intéressant. L'image Goose girl est très jolie, je me demande où tu l'as trouvée ?