Grille

Publié le par La Juvéniste

Détail anodin. Une grille. Sur les fenêtres d'une école. L'innocence contenue.

 

Montréal, quartier Rosemont, mai 2005

La Juvéniste

Commenter cet article

La Juvéniste 30/05/2005 21:14

Oh que je suis curieuse! Je cours de ce pas "te" voir et je fais le message à Lulu dès lors qu'il arrive de l'école, ce qui ne saurait tarder! B.

walsong 30/05/2005 21:05

Il est vrai que nos lattitudes sont un peu moins extrêmes au niveau température hivernale que les votres.Mais nous souffrons plus d'un taux d'hygrométrie fort apprécié par les mousses et lichens de toutes sortes. On moisit plus vite quoi!
J'ai vu l'article: impressionnant le Bonhomme Hiver chez vous!
Au fait, je passe du coq à l'âne mais, si tu veux voire ma face, tu la trouveras dans la rubrique Dragons et créatures. Appelle Lulu à cette occasion, il va avoir un choc!
B de K à J et L

La Juvéniste 30/05/2005 20:57

Il est vrai qu'on pourrait y voir ici l'innocence préservée, mais c'est le contexte général (hors photo) qui m'a fait pencher de l'autre côté.
Le rouge, si ma mémoire est bonne, en est un de rouille. Il faut dire qu'au Québec, la rouille peut-être aussi vive (à cause de l'hiver, de la fonte des neiges, du long printemps, etc.). J'ai d'ailleurs, dans un article (climats 1-Samedi après-midi dans la ruelle) fait une photo du mur d'un garage où un rouge apparenté apparaît. Hé le climat! Pas facile! Un climat heavy metal!
B. de J à K

Walsong 30/05/2005 07:52

Quelqu'un d'autre y aurait peut-être vu, l'innocence préservée.
On en revient au fameux verre à demi-vide ou à demi-plein.
Un bon teste de Rorschach en tout cas!
C'est bizarre, mais ce n'est pas les grilles en elles-mêmes qui m'interpèllent, mais la couleur de celles-ci. Trop rouges pour être de la rouille. A-ton essayé de les colorer pour égayer l'atmosphère? (si c'est ça, ça fait un peu raté, on dirait plutôt qu'on s'est blessé en s'y accrochant pour les ôter (c'est mon côté fantastique noir qui parle)


B de K à J