Lenain, "c'est de la littérature"!

Publié le par La Juvéniste

Premier coup de gueule sur ce blog...

La lecture d'un article récent publié sur son blog par Thierry Lenain m'enjoint à  monter aux barricades, à la défense de l'auteur et de la LJ. Si Lenain n'a pas besoin de moi pour se défendre et s'il ne s'émeut pas de la situation, je souhaite tout de même glisser quelques mots sur cette "affaire"! 

Dans son bref "Pour qui j'écris", l'écrivain relate les paroles d'une spécialiste qui aurait déclaré, il n'y a pas longtemps : "Thierry Lenain, ce n'est pas de la littérature".

J'ignore ce sur quoi s'appuie la dite "spécialiste" pour affirmer une telle chose. Pour faire court, je dirai que Lenain est l'un de mes auteurs fétiches. Dans mon "palmarès" personnel, par exemple, La fille du canal demeure toujours dans le TOP10 des meilleures oeuvres pour la jeunesse de la dernière décennie du XXe siècle.

Quand je dis "palmarès personnel", je réfère à une liste d'oeuvres que j'ai non seulement appréciées au premier rendez-vous, mais dont l'analyse poétique et la lecture herméneutique (cela fera peut-être frémir certains lecteurs ou auteurs; appelons donc cet ensemble, "rencontre intime"!), dans un deuxième temps, auront confirmé ma première impression tout en permettant de faire ressortir la complexité et la littérarité des oeuvres en question.

Le fait de penser que les oeuvres pour la jeunesse ne peuvent être rangées sous la bannière de la "littérature" me met en colère. (Comme celui, d'ailleurs, de penser que la littérature pour la jeunesse ne "mérite" pas d'être étudiée à l'université!) Bien sûr, toutes les oeuvres pour la jeunesse ne sont pas de grandes oeuvres, loin de là, mais toutes les oeuvres pour adultes non plus, loin de là (bis)!

Je l'ai déjà dit: la littérature pour la jeunesse occupe une position singulière dans le champ littéraire du fait qu'elle s'adresse à de jeunes destinataires. Elle doit, à cause de cela et théoriquement parlant, être étudiée telle qu'en elle-même. Cela dit, cette posture particulière n'entrave en rien l'art du véritable écrivain... 

 

Dire de Lenain qu'il "n'est pas de la littérature" (sic), c'est bien mal connaître la littérature...

 

 

Suggestion de lecture: la chronique de Jean Perrot sur l'oeuvre de Thierry Lenain parue dans Citrouille.

Voir aussi sur le site de Thierry Lenain, la rubrique "Bibliographie".

Mes excuses... J'aurais voulu vous citer quelques passages de Lenain, mais (et je me tape ici sur les doigts au moment où mes doigts frappent les touches du clavier!) il faudrait pour cela que je retourne au bureau (à quelques 130 km d'ici...). Ce n'est que partie remise.

Littérairement vôtre,

La Juvéniste

 

 

Commenter cet article

Walsong 03/06/2005 22:25

Bonsoir ou bonjour, je ne sais jamais!
Très bonne idée! Justement, sur le forum, ce soir nous avons fait un petit jeu avec quelques irréductibles, lancer au jugé, le premier titre d'opéra qui nous venait à l'esprit. Sont tombés ainsi, et pas loin de la cible: la Traviata, Orphée et Euridice, la Flûte Enchantée, Le Barbier de Séville et ta contribution serait donc Atys. Par contre le baroque c'est juste effleuré, chez moi (à part le baroque cubain comme Salas ou Ribayaz) mais je vais potasser ça.
Merci encore de la proposition, ma liste s'allonge et j'aime mettre à contribution ainsi les autres, comme pour "A bâtons Rompus" c'est un véritable échange et non une lecture passive, plus ou moins instructive.
Vive le métissage, je n'arrête pas de la rabacher, mais c'est mon credo!
Passe une bonne journée ou soirée ou nuit.
B de K à J et L

La Juvéniste 03/06/2005 10:47

Bonjour à vous deux,
C'est à croire que vous êtes venues me rendre visite bras dessus, bras dessous, comme deux collégiennes partant pour l'école. Je dois, quant à moi, partir pour le pays de Morphée (4h32 du mat. et pas encore couchée!).
Je ne peux, bien sûr, qu'être d'accord avec vous (qui étiez d'accord avec moi!). Pas de débats ici...
Il est vrai que je ne m'énerve que très rarement. Mais bon, ce sera mon coup de gueule annuel (on ne sait jamais, cependant, peut-être y prendrais-je goût!).
Et bien, je suis heureuse, K, de savoir que tu nous pondras quelque chose sur les adaptations du Ring. Quant aux suggestions, j'ai bien envie de te proposer un contre-emploi. J'ai eu une longue phase wagnérienne, puis, un jour, je suis retournée à mes anciennes amours, le baroque, amour pratiqué de mes blanches mains pendant des années sur un piano acheté dans un couvent! Je pourrais te proposer - et je suis certaine que tu vas détester (mais j'aimerais tellement voir ça raconté par toi!!!) - de nous faire une version "wally" d'un opéra de Lully! Grrr... t'entends-je dire. Et je ris avant que de m'en aller au lit, fredonnant, disons, Atys - dit "THE opéra du Roi soleil" -dans lequel, fort à-propos, on retrouve Morphée et "le sommeil"!
Bonne journée à vous deux!

walsong 03/06/2005 09:37

Totalement d'accord! Cette classification ou plutôt déclassification des genres littéraires est toujours réductrice (ou souvent prise comme telle par les écrivains concernés), mais n'enlève en rien sa valeur à l'oeuvre.
En tout cas, ça t'a bien défrisé le poil cette histoire! J sortant de ses gonds! Ouah!

Dis, dans mon com. d'hier en réponse au tien, j'ai une question à te poser? Tu ne serais pas devin par hasard?
Je comptais aborder, mais dans "A bâtons rompus" le sujet, "adaptations du Ring" et tout ça grâce à quoi? (tu ne devineras jamais!) Grace à mon tendre et cher et à un de mes rejetons, qui m'on traînée (le mot n'est pas faux) voir Stars War.
Le film en lui même est ce qu'il est, mais ça a remué plein de trucs et Lucas a bien piqué, comme je le supposais, dans l'imagerie scandinave et surtout Wagnérienne, jusqu'à la musique! Je t'expliquerai ça une fois la chose bien décantée. Pour la suite des aventures lyrico-comiques, on va faire certainement un tour du côté (non me cites pas Proust, s'il te plaît, on me l'a déjà fait) de chez Verdi. Pour après, si tu as une préférence pour un opéra n'hésite pas à proposer un titre(mais attention! Il sera traité façon Sieglind, ça risque d'être sanglant et éprouvant pour quelqu'un qui aime l'oeuvre..)

Bonne journée
B de K à J et L

Ambre 03/06/2005 09:12

Je me joins à ton coup de gueule. J'ai le même problème avec les personnes qui considèrent le fantastique, la science-fiction ou la BD comme de la non-littérature, des lectures pour sauvages incultes et indignes de toucher aux "grands auteurs".
La jeunesse fait également partie, pour moi, du champ de la littérature et je m'y penche très souvent pour y trouver une écriture différente possédant une identité et un univers propres. Comme si écrire pour la jeunesse était plus facile que pour les adultes, comme si les enfants ne savaient pas apprécier un bon texte. Pour ma part, j'ai souvent trouvé bien plus de profondeur et de philosophie dans des ouvrages de Roald Dahl ou de Philip Pullman que chez bien des auteurs pour adultes dont le phrasé peut bien souvent être douteux et la vision trop sophistiquée hermétique au tout venant soit dit en passant.

Ambre