Rêves de femme(s)

Publié le par La Juvéniste

Pour préparer un voyage, rien de tel que la lecture des auteurs du pays, plus évocatrice qu'informative. J'ai parcouru les guides sur le Maroc, évidemment. Mais je préfère imaginer les saveurs et couleurs marocaines sous la plume de leurs chantres.

 

  

 

J'ai donc commencé la lecture de Rêves de femmes. Une enfance au harem, une vision poético-réaliste du harem des années 40-50, de la sociologue et professeure à l'Université Mohamed V (Rabat), Fatima Mernissi. Sa vision des frontières, influencée par son éducation coranique et son enfance "cloîtrée", diffère de la mienne:

 

L'éducation, c'est apprendre à repérer les hudud, dit Lalla Tam, la directrice de l'école (...) (7)

Les hudud, c'est ce que Lalla Tam interdit. (...) Depuis, rechercher les frontières est devenu l'occupation de ma vie. L'anxiété me saisit dès qe je ne réussis pas à situer la ligne géométrique qui organise mon impuissance. (6-7)

 

Les raisons de cette différence apparaissent évidentes. Ma jeunesse aura été contrainte aussi, mais à l'occidentale. Là, toutefois, où nos expériences se rejoignent sans contredit, c'est dans cette foi en la possibilité que l'imaginaire offre de traverser les dites hudud.

 

 

(...) je jouais à I-msaria b-Iglass (littéralement: la promenade assise), un jeu que j'ai inventé à cette époque et que je trouve encore très utile à présent. Il suffit de trois conditions pour jouer. La première est d'être bloqué quelque part, la deuxième d'avoir une place pour s'asseoir, la troisième d'être capable d'assez d'humilité pour estimer que son temps n'a aucune valeur. Le jeu consiste à observer un terrain familier comme s'il vous était étranger. (8-9)

 

Voilà une activité qui ressemble fort à l'idée qu'Albert Bernard se fait du voyage dans son poème "Les longs voyages".

 

Je me cale dans un coin et je joue à I-msaria b-Iglass. Me viennent des effluves de miel et de thé à la menthe.

 

La Juvimaginant

Commenter cet article

La Juvéniste 08/06/2005 04:45

Bonne journée (maintenant pour le 8!) à toi aussi. Je passe faire un petit tour rapide chez toi avant d'aller mettre les viandes au sac!
B. de J à K

walsong 07/06/2005 11:40

Juste un petit bonjour, qui m'a permis d'aller voir d'autres articles, ce que bêtement je n'avais pas fait.
Bonne journée fructueuse et ensoleillée à toi
B de K à J et L

Walsong 06/06/2005 07:28

C'est assez drôle ce jeu de "revoir" un terrain familier par l'imagination.
Petite j'avais un jeu, pas similaire mais dont les finalités étaient identiques : je rentrais dans le placard ou dans les toilettes sans allumer (je sais, c'est déjà moin romantique, mais nécessité oblige, à part les sanitaires, ma mère interdisait qu'on s'enferme et donc avait supprimé toutes les clés.) Et j'imaginais qu'à ma sortie de ce lieu, je me trouvais dans un espace et dans une époque tout à fait différents. (cela pouvait aller jusqu'au temps précédent la fin de notre terre - j'avais lu "la machine à remonter le temps" et j'étais dans mon époque post apocalyptique et crépusculaire à souhait (petit côté Lo vekarftien également, sans Kthulu beurk, avec ses tentacules et ses yeux, pas très ragoutant le spectacle!)

Alors, ça t'a plu le Ring, version K? Pour ce qui est d'être publiée, je n'y ai jamais songé, parce que je fais cela juste pour m'amuser d'abord et que, en grand feignante devant l'éternel et surtout en grande rebelle, à partir du moment où je de vrais avoir une certaine discipline, une certaine rigueur dans la rédaction de mes écrits, cela me couperait tout élan (j'écris au fils de la plume avec juste une relecture finale en principe, j'écris comme je parle et comme je me mouche - sic mon prof.) Ces écrits, c'est juste que j'adore faire partager aux gens mes goûts et leur apprendre des choses d'une manière non conventionnelle (je n'ai jamais enseigné et n'ai même pas le Bac, mais j'ai toujours été curieuse de tout)

A Plus tard Bonne journée
B de K à J et L