Festival des Brèves 4 - Démarrage

Publié le par La Juvéniste

Les premières phrases, enfin...

 

 

La clef enfin trouvée! Une pointe de flèche pour la direction. Une loupe intergénérationnelle (celle de ma grand-mère) pour l'observation. Une boîte à mots d'où extraire la première phrase. Et ce mystère oblong... Je vous laisse deviner!

 

La Juvécrivant

Publié dans Climats

Commenter cet article

walsong 13/07/2005 14:04

On dirait le sac de voyage de sherlock Holmes ton vade-mecum!

Une enquêtrice hors normes pour des mots pas communs en quelque sorte.
Bises de K à J et L

La Juvéniste 19/06/2005 22:43

Bonjour la LU,
l'écriture avance à pas de tortue aujourd'hui et le tout devrait être prêt pour demain... Je t'envoie donc rapidement une bise et repars remettre du fil sur ma plume pour avancer ma broderie (une belle image, qui me convient bien comme tu le sais!)
Il fait beau! Enfin! BOn vélo!
La Ju xxx

La Lu 19/06/2005 03:32

Écrire sur le blanc, entre les aiguilles, comme écrire sur le blanc, entre les lignes, entre les silences qui poussent les mots dans le dos.
Je suis heureuse de voir que ton écriture va bien. Je réserve ma prochaine communication pour l'acfas de 2007 à TR. Je serai prête, plus que jamais...
Ici, le soleil est revenu. Aujourd'hui, vélo et travail pour l'université. Le départ pour l'Ancien Monde approche. Je sens la peur et la paix... Bonne broderie d'écriture! La Lu XXX

La Juvéniste 19/06/2005 02:24

Salut la LU! Un saut sur mon blog entre deux paragraphes! Etty H. me rappelle un peu un personnage de Virginia Woolf qui, dans "Les Vagues", je crois, disait vouloir écrire sur le blanc entre les aiguilles de l'horloge, sur une absence, en quelque sorte.
J'aime bien la concision d'H. Sa vision épurée du monde. J'essaierai de la lire à l'Île du PE. J'espère que tu vas bien et que tu ne te sens pas trop confinée à demeure par cette pluie récurrente. Ici, en deux mots, "ça écrit!". La Ju xxx

La Lu 19/06/2005 00:09

''Cet après-midi, regardé des estampes japonaises avec Glassner. Frappée d'une évidence soudaine : c'est ainsi que je veux écrire. Avec autant d'espace autour des mots. Je hais l'excès de mots. Je voudrais n'écrire que des mots insérés organiquement dans un grand silence, et non des mots qui ne sont là que pour dominer et déchirer ce silence''.
Etty Hillesum